Publié par : bx5decoeur | janvier 30, 2010

Bordeaux 5 de Coeur « la culture en partage »

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/bordeaux/article/851705/mil/5654321.html


SUDOUEST.COM

Samedi 30 Janvier 2010 | Sainte Martine


.

BORDEAUX, 5 DE COEUR : LA CULTURE EN PARTAGE.

Après la Boîte à lire, l’association de quartier a le projet d’ouvrir une épicerie sociale et solidaire avec des producteurs

.Alain Silvestre évoque l'esprit de partage. (Photo Laurent Theillet).
Alain Silvestre évoque l’esprit de partage. (Photo Laurent Theillet)
.
Bien que le lieu et l’heure de l’inauguration soit demeurés discrets, quelques riverains de la rue Saint-Genès sont venus voir de près, jeudi soir, la première Boîte à lire installée dans le jardin des Dames de la foi. Fabien Robert, l’élu référent du quartier était là mais aussi le président de l’association Bordeaux 5 de coeur, Alain Silvestre, très heureux de cette initiative qui a des chances de faire des petits. Un jeune homme, venu en voisin, a délicatement déposé un ouvrage dans la superbe boîte en plexiglas inrayable et ignifugée réalisée par les ateliers municipaux pour la modique somme de 650 euros.

« L’idée est de faire vivre l’esprit du partage, ici en l’occurrence de la culture. Chacun a un livre qui traîne sur une étagère et qui peut circuler, via cette Bookbox », dit Alain Silvestre. Le concept, appelé bookcrossing, connaît un vif succès à Lyon et à Sarlat. « Et nous espérons l’étendre à d’autres quartiers », annonce Fabien Robert.

Prix indexés sur les revenus

Bordeaux 5 de coeur a un autre projet dans ses cartons, une épicerie sociale et solidaire. « Une sorte de continuité avec l’Amap que nous avons lancée sur le quartier puisque nous demanderons à des producteurs locaux de venir vendre leurs produits frais directement au consommateur. Mais ici, contrairement au principe de l’Amap, l’acheteur ne s’engage pas sur une année », détaille Alain Silvestre. Chaque producteur viendra un jour par semaine dans le local que l’association est en train de chercher.

« Il y aura du thé, du café, des livres, car le but est de créer du lien. On voudrait que les prix soient indexés sur les revenus », annonce le président de Bordeaux 5 de coeur.

Ce dernier a remis le dossier à Fabien Robert, chargé de le transmettre au maire. Et fera sans doute appel à d’autres partenaires pour assumer les coûts fixes de la structure et de son fonctionnement.

Auteur : DOMINIQUE MANENC
d.manenc@sudouest.com
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :